Electre

JPEG

EGISTHE. – Arrête, Électre ! Ainsi donc, au moment même où je te vois, où je t’aime, où je suis tout ce qui peut s’entendre avec toi, le mépris des injures, le courage, le désintéressement, tu persistes à engager la lutte ?
ÉLECTRE. – Je n’ai que ce moment.
ÉGISTHE. – Tu reconnais qu’Argos est en péril ?
ÉLECTRE. – Nous différons sur les périls.
ÉGISTHE. – Tu reconnais que si j’épouse Clytemnestre, la ville se tait, les Atrides se sauvent. Sinon,c’est l’émeute, c’est l’incendie ?
ÉLECTRE. – C’est très possible.
ÉGISTHE. – Tu reconnais que seul je puis défendre Argos contre ces Corinthiens qui arrivent déjà aux portes de la ville ? Sinon, c’est le pillage, le massacre ?
ÉLECTRE. – Oui. Vous seriez vainqueur.
ÉGISTHE. – Et tu t’obstines ! Et tu me ruines dans ma tâche ! Et tu sacrifies à je ne sais quel songe ta famille, ta patrie ?
ÉLECTRE. – Vous vous moquez de moi, Égisthe ! Vous qui prétendez me connaître, vous me croyez de la race à laquelle on peut dire : Si tu mens, et laisses mentir, tu auras une patrie prospère. Si tu caches les crimes, ta patrie sera victorieuse ? Quelle est cette pauvre patrie que vous glissez tout à coup entre la vérité et nous ?
ÉGISTHE. – Et cette justice qui te fait brûler ta ville, condamner ta race, tu oses dire qu’elle est la justice des dieux ?
ÉLECTRE. – Oh non ! Il est des années où le gel est la justice pour les arbres, et d’autres l’injustice. Il est des forçats que l’on aime, des assassins que l’on caresse.Mais quand le crime porte atteinte à la dignité humaine, infeste un peuple, pourrit sa loyauté, il n’est pas de pardon.

Cet extrait d’Electre de Giraudoux annonce la couleur de la pièce et indique bien l’angle sous lequel nous comptons aborder cette magnifique oeuvre : la quête absolue de la vérité pour rétablir la justice. Electre, une jeune fille, veut savoir la vérité sur la mort mystérieuse de son père, Agamemnon. Elle soupçonne Clytemnestre, sa mère, et Egisthe, son oncle et amant de sa mère d’être les assassins du défunt. Telle une détective privée, Electre va se livrer à un exercice d’interrogatoire de sa mère avant d’affronter la toute-puissance du Régent Egisthe. Pour découvrir la vérité, elle n’hésite pas à faire le sacrifice ultime de laisser son pays brûler et disparaître.
Pour cette création, nous avons choisi de nous passer des artifices technologiques pour laisser la place, la liberté, aux mouvements des corps et des voix pour exprimer toute la poésie et l’intensité dramatique rare que nous propose l’écriture de Giraudoux. La scène sera presque dépouillée à cet effet.
Le texte sera également servi par une solide distribution qui regroupe des comédiens et comédiennes confirmées, ainsi qu’un certain nombre de jeunes issus de l’Ecole de Théâtre du Centre Culturel Franco-Guinéen qui vont fêter leur début sur les planches professionnelles.

Création : CIE THEATRE ICI ET AILLEURS

Distribution
ELECTRE : Rahamatoulaye DIALLO
CLYTEMNESTRE : Manamé DIARRA
ORESTE : Rahim SIDIBE
EGISTHE : Mohamed Lamine 3 SOUMAH
LE JARDINIER : Louis Isidore BANGOURA
LE MENDIANT : Aicha DEEN MAGASSOUBA
EUMENIDE et PRESIDENT : Mamadou Mouctar Chérif DIALLO
EUMENIDE et AGATHE : Aissatou Lamarana BALDE

40 000 GNF en prévente / 50 000 GNF en plein tarif

Dernière modification : 11/04/2016

Haut de page